Taux immobilier, opportunités et dangers.

Author

Discussion Pas de commentaire

Tags

Deux critères de la culture économique moderne nous viennent quotidiennement : le temps et l’argent. L’argent a un rendement sur sa valeur directement liée au temps. Aujourd’hui parlerait-on sans doute plus de tendance, que de temps. Dans l’immédiateté, la tendance prévaut. Dans la longévité, c’est le « temps » qui est le résultat.

Les taux immobiliers, taux annuels comprenant un monticule de frais et d’analyse de rendement sur une durée compartimentée en mois, est l’ennemi numéro un de l’investissement locatif, mais peut s’avérer s’ils sont appliqué sur une durée suffisante, être des allié puissants.

La progression d’un marché, c’est l’inflation. Tant Rencontrer son banquierque celle-ci ne parvient pas à remonter, les banques pourront continuer alors à pratiquer des taux plus bas pour encourager la progression de l’achat immobilier et donc la croissance. Tout est lié finalement, s’il y a croissance, alors les prix évoluent, et c’est encourageant quand on emprunte pour un bien dont on sait qu’il sera d’une valeur plus importante lorsque nous le vendrons.

Sur les différents emprunts bancaires existent des taux fixes, mais aussi des taux variables, capés, semi-fixes qui flirtent avec une moyenne mais augmentant les mensualités et étant plus dangereux sur la durée du crédit. Le taux capé par exemple, est le même qu’un taux révisable, mais est limité à une valeur supérieure de 1% en général. Il permet de raccourcir la durée d’un crédit. Choisir un bon taux, c’est avoir pu réunir l’aspect temps d’investissement, taux d’endettement et maturité par rapport au marché extérieur, représentant les 3 dimensions de la réussite d’une transaction.

Le marché de l’achat locatif est tributaire de cette situation et les banques sont prêtes à faire des efforts sur les taux fixes, parfois même dangereux quand par exemple on peut partir de 0 et inclure l’apport personnel dans la somme du crédit, et se retrouver à rembourser 110% de capital. Il peut aussi y avoir un taux d’intérêt du crédit supérieur à la tendance de la vente immobilière, et donc une moins-value éventuelle et sur l’investissement et sur la revente du bien. C’est pour cela qu’il faut confronter un taux bancaire avec le taux du marché et son évolution, ainsi que le taux de rendement de son futur bien loué.

Aujourd’hui se sont développées des entreprises spécialisées dans le marché du courtage et de conseil sur le marché locatif, qui permettent de pratiquer des expertises solides en prenant en compte des variables macro-économiques mais également chercher de la meilleure manière un taux d’endettement favorable et en harmonie avec un projet de location.

— Posted on 17 janvier 2015 at 16 h 54 min